• À Édimbourg dans les années trente, Mademoiselle Brodie enseigne dans une des écoles de filles les plus huppées d'Écosse. Ses méthodes d'éducation très personnelles et son charisme lui valent l'admiration de ses élèves les plus brillantes, un petit groupe de jeunes filles qu'elle nomme le « clan Brodie ». Face à elle se dresse la presque intégralité de ses collègues, choqués par son enseignement d'avant-garde qui jure tant avec la rigueur historique observée dans l'école.
    Un roman délicieusement absurde publié en 1961, qui a élevé son auteure au rang des plus grands écrivains écossais du XXe siècle. Cette nouvelle édition est augmentée d'une préface inédite que signe Christine Jordis - amie, admiratrice et défenseur de l'oeuvre de miss Spark.

  • Pourquoi Elsa Hazlett passe-t-elle ses journées assise à côté d'une fenêtre, à fixer au-dessus de l'East River une présence impalpable qu'elle seule voit ? A qui parle-t-elle au juste quand elle monologue en regardant ce point inexistant qui la fait sourire ? A son mari Paul, dont le cour faible et terrorisé appelle au secours ? A son fils Pierre, qui monte une version gérontologique de Pater Pan ? A la princesse Xavier, dont les chairs surabondantes abritent des vers à soie ? Comment, enfin, l'ombre de cette Elsa peut-elle tomber à l'envers, remontant la lumière au lieu d'être projetée par elle ?
    Muriel Spark a l'art de poser des questions qui ne peuvent vraiment trouver de réponse.
    Certes, ses questions ne restent pas toutes sans réponses - mais une réponse à la Muriel Spark explique-t-elle quoi que ce soit ?.

  • L'après-guerre à londres.
    La narratrice, fleur talbot, poétesse désargentée aux moeurs libres est engagée comme secrétaire dans une curieuse association, dont les membres rédigent leur autobiographie. tous animés de nostalgie, d'une volonté maladive de paraître sous leur meilleur jour, et suspects de n'avoir pas " toute leur tête ", ils sont pourtant moins inquiétants que sir quentin, le directeur : est-ce un doux snob ou un manipulateur pervers de l'existence d'autrui ? dans une atmosphère sulfureuse, les événements réels, les récits des amis de sir quentin, le roman que fleur est en train d'écrire composent un savant imbroglio oú alternent, sous la plume satirique de muriel spark, les situations burlesques et les tragédies.

  • À la charmante Caroline Rose se pose un singulier problème : la nuit, elle entend une machine à écrire régurgiter sous forme de roman les événements de sa propre vie, ses pensées et celle des êtres qu'elle côtoie. Mais qui est assis devant la machine à écrire invisible ? Caroline est-elle l'héroïne de ce roman - ou son auteur ? Quant aux autres personnages des Consolateurs, convertis au catholicisme ou renégats, il sont leurs propres illusions : : Laurence, ex-amant de Caroline ; Louisa Jepp, sa grand-mère, qui se livre à Dieu sait quel trafic inavouable ; le baron Stock, libraire spécialisé dans la démonologie ; Lord Manders, père de Laurence et propriétaire des « Figues au sirop Manders », qui n'émerge que très rarement de longues retraites vouées à la méditation ; Ernest, son frère, esthète aux cheveux blancs et au visage d'enfant, qui s'occupe de danse classique ; l'inquiétant Mr. Hogarth ; enfin, Georgina, la plantureuse traîtresse, qui, à certains moments, cesse tout simplement d'exister.
    En fait, les seuls éléments du fantastique premier roman de Muriel Spark qui ne soient pas ambigus sont sa prose scintillante et - pour reprendre le jugement de Graham Greene - « l'incomparable fulgurance de son esprit ».

  • Muriel Spark raconte son enfance idyllique en Ecosse dans les années vingt et trente, l'histoire de son mariage malheureux en Rhodésie, son travail dans les services secrets britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale et ses premiers succès littéraires. Elle dresse également d'admirables portraits de ses proches, qui lui inspirèrent certains de ses personnages parmi les plus savoureux (dont l'institutrice qui servit de modèle à Mlle Brodie), retraçant ainsi les grandes lignes d'une carrière exceptionnelle.

  • She was a schoolmistress with a difference. Proud, cultured, romantic, her ideas were progressive, even shocking. And when she decided to transform a group of young girls under her tutelage into the "creme de la creme" of Marcia Blaine school, no one could have predicted the outcome.

  • Vingt-cinq ans après la disparition de Lord Lucan, soupçonné de l'assassinat de la nurse de ses enfants et de violences sur la personne de sa femme, le docteur Hildegard Wolf, psychiatre renommée, retrouve dans son cabinet non pas un mais deux individus qui prétendent chacun être le lord disparu.
    Quel est donc le vrai Lord Lucan ? Se laissera-t-il trahir par sa passion du jeu ou son goût immodéré pour le saumon fumé et les côtelettes d'agneau ? Enquête policière loufoque qui, à partir d'un fait divers bien réel, nous entraîne de Paris à Londres, d'un monastère écossais à un minuscule Etat tribal de l'Afrique centrale, Complices et comparses subvertit toutes les règles du genre. De la psychiatre - moins victime qu'elle ne le laisse entendre - ou du soi-disant meurtrier, peut-être un imposteur lui aussi, lequel nous aidera à percer le mystère entourant le personnage de Lord Lucan ? On retrouve ici avec plaisir la grande dame des lettres anglaises dont la verve de conteuse, le penchant pour le burlesque corrosif se sont encore accrus.

  • Auteur de nombreux romans, Muriel Spark doit ses premiers succès à la nouvelle, forme littéraire à laquelle elle n'a cessé de sacrifier tout au long de sa carrière.
    Le présent volume regroupe des nouvelles écrites entre 1955 et 1985. Certaines sont le reflet de son expérience de la vie coloniale en Rhodésie, d'autres se déroulent dans Londres des années d'après-guerre. L'éventail des décors et des personnages est étonnant mais plus étonnante encore est la prose de Muriel Spark : aussi riche qu'économe, aussi précise que trompeuse et toujours brillante.

  • L'action se déroule dans un collège très chic, en Suisse, près de Lausanne. Nés de parents fortunés, les élèves passent agréablement le temps en apprenant les arts de la mondanité et de l'écriture. Parmi eux, Chris, un rouquin de dix-sept ans, écrit un roman à l'inspiration libre sur le trio constitué par Mary, reine d'Écosse, Darnley, son mari assassiné, et son secrétaire David Rizzio qui reçut cinquante-six coups de poignards. Son assurance et son brio rendent fou de jalousie Rowland Mahler, directeur de l'école, lui-même un romancier en herbe. Ce dernier pâlit, ne mange plus, sombre dans l'obsession et médite un meurtre : l'histoire passée de haine et de rivalité va-t-elle se répéter ? Et Chris va-t-il lui aussi finir trucidé oe
    Muriel Spark enchaîne les morceaux de bravoure, manie la satire sans s'appesantir, touche aux sentiments les plus bas sans trop insister, bref s'amuse franchement des écrivains et de leur calvaire. Sous la surface brillante des choses (comme dans Les belles années de mademoiselle Brodie auquel ce roman fait penser), on devine des profondeurs plus sombres que le loch Ness.
    Finesse, humour, compassion : Muriel Spark est ici à son meilleur.

  • Dix convives dans une élégante demeure londonienne savourent du faisan, alors que le maître d'hôtel sert discrètement le vin.
    La conversation roule sur un cambriolage, un mariage, une lune de miel. Le jeune époux de Margaret lui sourit avec admiration tandis que l'on s'inquiète du retard inexplicable d'Hilda Damien, l'invitée d'honneur de ce banquet. Comme à son habitude, Muriel Spark, dans son dix-neuvième roman, traite des thèmes universels de la condition humaine - le bien et le mal, l'honneur et la duplicité, le courage et la lâcheté - avec le style concis et impitoyable de l'auteur.

  • La porte mandelbaum

    Muriel Spark

    • Rivages
    • 23 Septembre 2000

    L'histoire se passe à Jérusalem et en Jordanie, en 1961, avant la guerre des Six Jours.
    La porte Mandelbaum, dans Jérusalem divisée, marque la limite qu'Israéliens et Jordaniens ne franchissent qu'en fraude. Une enseignante en vacances, Barbara Vaughan, arrive en Jordanie pour retrouver l'homme de sa vie. Elle en profite pour visiter les Lieux saints. Mais cette Anglaise catholique, à demi juive, va risquer sa vie au cours de ce pèlerinage qu'elle accomplit sous divers déguisements. Victime de la typhoïde, elle est internée dans une extraordinaire maison de campagne des environs de Jéricho, où cohabitent d'étranges personnages, dont un louche négociant, une Anglaise non moins suspecte, des filles de boîtes de nuit...
    Ce roman, qui a contribué à placer Muriel Spark au tout premier rang des romancières anglaises, est aussi sérieux par la documentation que drôle par les situations. Le tragique et le comique, le sacré et le profane, le monde arabe et le monde juif, sont présentés avec toute l'objectivité d'un imperturbable humour écossais.

  • " outrageously funny novel ", s'exclamait la critique anglaise en 1960, lors de la parution de ce roman acide où le protagoniste du titre fait des ravages dans le 1 milieu ouvrier où il sévit.
    le séduisant, l'irrésistible dougal douglas est engagé par un industriel de peckham rye quarter ouvrier de londres, pour "élargir l'horizon culturel" de ses employés, et il ne s'en prive pas.
    grâce à lui. peckham rye et ses habitants connaîtront l'horizon élargi des larmes. de l'absentéisme, de l'imposture. du chantage. de la violence et du meurtre. mais ces cadeaux, dougal douglas les tait avec une si agréable désinvolture. et son rire est si charmeur qu'on les accepte de bonne grâce. sa tâche accomplie, dougal s'en ira, laissant ses victimes à la fois soulagées et secrètement inconsolables.

  • Anglais The Driver's Seat

    Muriel Spark

    Biographical noteMuriel Spark (born February 1, 1918) was born in Edinburgh, Scotland. She began writing seriously after the war, beginning with poetry and literary criticism. In 1947, she became editor of the Poetry Review. Her first novel The Comforters was published in 1957, but it was The Prime of Miss Jean Brodie (1962) which established her reputation. After living in New York for some years, she settled in Italy in the late 1960s. She became Dame Commander of the British Empire in 1993.John Lanchester was born in Hamburg in 1962. His first novel, THE DEBT TO PLEASURE, published by Picador in 1996, won the Whitbread First Novel Award, the Betty Trask Prize and the Hawthornden Prize. His second novel, MR PHILLIPS (Faber), was published in 2000 and was hailed as a "postmodern Ulysses". FRAGRANT HARBOUR, his third novel, was published by Faber in 2002. His work has been translated into 21 languages.John Lanchester has recently delivered a memoir, FAMILY ROMANCE, which will be published by Faber in the spring of 2007. Main descriptionDescribed as 'a metaphysical shocker' at the time of its release, Muriel Sparks' The Driver's Seat is a taut psychological thriller, published with an introduction by John Lanchester in Penguin Modern Classics. Lise has been driven to distraction by working in the same accountants' office for sixteen years. So she leaves everything behind her, transforms herself into a laughing, garishly-dressed temptress and flies abroad on the holiday of a lifetime. But her search for adventure, sex and new experiences takes on a far darker significance as she heads on a journey of self-destruction. Infinity and eternity attend Lise's last terrible day in an unnamed southern city, as she meets her fate. One of six novels to be nominated for a 'Lost Man Booker Prize', The Driver's Seat was adapted into a 1974 film, Identikit, starring Elizabeth Taylor. Muriel Spark (1918 - 2006) wrote poetry, stories, and biographies as well as a remarkable series of novels, including The Prime of Miss Jean Brodie (1961), The Mandelbaum Gate (1965) which received the James Tait Black Prize, and The Public Image (1968) and Loitering with Intent (1981), both of which were shortlisted for the Booker Prize. Spark was awarded the T.S. Eliot Award for poetry in 1992, and the David Cohen Prize for literature in 1997. If you enjoyed The Driver's Seat, you might like Spark's The Prime of Miss Jean Brodie, also available in Penguin Modern Classics. 'An extraordinary tour de force, a crime story turned inside out'David Lodge 'Her spiny and treacherous masterpiece'New Yorker

  • Londres. 1950. Jeune veuve de guerre, à l'esprit vif et aux formes voluptueuses, Mrs Hawkins fait l'unanimité aussi bien dans la maison d'édition - au bord de la faillite - pour laquelle elle travaille que dans la pension de famille de Kensington, tenue par la très convenable Milly, où elle vit. Est-ce son mépris des régimes minceurs qui lui confère cette piquante sérénité ? Toujours est-il qu'elle prodigue conseils et recettes avec sagesse et autant de générosité qu'en affichent ses rondeurs. Un seul être ne trouve point grâce à ses yeux : Hector Bartlett, tâcheron de l'écriture, que Mrs Hawkins, avec sa franchise coutumière, n'hésite pas à traiter de "pisseur de copie" déclenchant ainsi une série d'événements aux conséquences stupéfiantesà avec lettres anonymes, cadavre, amaigrissement mystérieux, le tout raconté avec un entrain et un humour inégalables.
    Muriel Spark, romancière, poétesse, biographe, auteur d'une vingtaine d'ouvrages, est considérée comme un des plus grands écrivains anglais contemporains. Née en Ecosse, elle vit à Rome.

  • Si vous me demandiez : y a-t-il en Europe une rue, et où, et laquelle, est cette rue ultime je répondrais : l'antique voie romaine à Paris, sur la rive gauche du fleuve, la longue, longue rue du Cherche-Midi, rue de mes pensées et de mes réflexions, de ma curiosité jamais tout à fait comblée, de prémonitions bizarrement biseautées, de souvenirs.

  • From the cruel irony of 'A Member of the Family' to the fateful echoes of 'The Gp-Away Bird' and the unexpectedly sinister 'The Girl I Left Behind Me', in settings that range from South Africa to the Portobello Road, Muriel Spark coolly probes the idiosyncrasies that lurk beneath the veneer of human respectability, displaying the acerbic wit and wisdom that are the hallmarks of her unique talent.

empty