Littérature traduite

  • Marco Carrera est le « colibri ». Comme l'oiseau, il emploie toute son énergie à rester au même endroit, à tenir bon malgré les drames qui ponctuent son existence. Alors que s'ouvre le roman, toutes les certitudes de cet ophtalmologue renommé, père et heureux en ménage, vont être balayées par une étrange visite au sujet de son épouse, et les événements de l'été 1981 ne cesseront d'être ravivés à sa mémoire.
    Cadet d'une fratrie de trois, Marco vit une enfance heureuse à Florence. L'été, lui et sa famille s'établissent dans leur maison de Bolgheri, nichée au sein d'une pinède de la côte Toscane. Cette propriété, qui devait symboliser le bonheur familial, est pourtant le lieu où va se jouer le drame dont aucun membre de la famille Carrera ne se relèvera tout à fait. En cet été 1981, celui de ses vingt-deux ans, se cristallisent les craintes et les espoirs de Marco qui devra affronter la perte d'un être cher et connaîtra un amour si absolu qu'il ne le quittera plus.
    Grâce à une architecture romanesque remarquable qui procède de coïncidences en découvertes, Veronesi livre un roman ample et puissant qui happe le lecteur dans un monde plus vrai que nature où la vie, toujours, triomphe.

  • Désorienté après la mort brutale de sa femme Lara, Pietro Palladini observe le monde, ses proches, ses collègues et découvre progressivement leur face cachée, leurs failles et leur fardeau.

  • En l'espace de vingt-quatre heures, un homme perd le contrôle de sa vie : il commet une faute professionnelle, se fait retirer son permis de conduire et égare son téléphone portable. De retour à son bureau, il trouve sa secrétaire en pleurs, la police a tout emporté et son associé a pris la fuite. Pendant ce temps, alors que son monde s'écroule autour de lui, sa compagne le quitte et sa fille part s'installer chez sa tante.
    Cet homme, c'est Pietro Paladini, le héros de Chaos calme, soudain pris dans le tourbillon de la vie. Seul, craignant d'être traqué par la police pour des délits dont il ne sait rien, Pietro décide de disparaître à son tour et cherche désespérément à retrouver la vie normale qu'il a perdue ou du moins, qu'il pensait être la sienne.

  • San Giuda, dans les montagnes, au nord de l'Italie. L'hiver, seul Beppe Formento, et son traîneau tiré par des chevaux, relie ses quarante-deux habitants au reste du monde. Chaque jour, il promène des touristes jusqu'à l'église puis dans la forêt. Un matin, le traîneau se présente vide. Au pied d'un arbre glacé, les villageois trouvent dix corps, dont celui de Beppe. Ce jour-là, dans la ville voisine, une jeune psychiatre, Giovanna, se réveille en sang : sur sa main, une cicatrice vieille de quinze ans s'est rouverte. L'enquête piétine. Persuadé que la clé du mystère est protégée par le secret de la confession, le procureur harcèle le curé. Don Ermete et Giovanna trouveront-ils une explication ? Existe-t-il des choses qui n'existent pas ?

    "Un beau et pur roman d'atmosphère." Emily Barnett, Les Inrockuptibles.

    "L'auteur de Chaos calme signe une fable dont le vrai personnage est le Mal, sous son visage le plus archaïque." André Clavel, L'Express.

  • Italie, fin des années 1960. Deux mondes différents mais parallèles se font face. D'une part le Chantier, quartier miteux des bas-fonds, où les habitants, des laissés-pour-compte, survivent tant bien que mal en marge du boom économique. De l'autre côté du chemin, les enfants trouvés de l'orphelinat des Chérubins, placé sous l'autorité du père Spartacus, ancien missionnaire intégriste qui souhaite ériger, à la gloire de la Sainte Vierge, un sanctuaire fait d'engrenages et de néons, grâce au magot d'un petit malfrat repenti.
    Sur une trame digne d'un scénario de Pasolini, Sandro Veronesi offre un regard sans concession sur l'obscurantisme et la société urbaine. Un roman cru et envoûtant.

  • Les nouvelles composant ce recueil évoquent des personnages au tournant de leur vie, ou à l'époque de leur maturité tourmentée, hantés par des questions irrésolues aux conséquences dramatiques.

empty