Jacky Durand

  • Monsieur Henri est le chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel qui régale ses clients de plats généreux et savoureux. Sous les yeux subjugués de Julien, son fils, il élabore d'appétissantes recettes que sa femme Hélène consigne dans un cahier. Mais un jour, Hélène quitte la maison sans explication, emportant avec elle le bonheur de cuisiner. Le cahier de recettes disparaît et Henri décrète que jamais Julien ne deviendra cuisinier. Cela n'empêche pas le garçon de poursuivre sa passion en cachette, entre deux cours de lettres à la fac. Quand Henri, malade, sombre dans le coma, Julien n'a plus qu'une obsession : retrouver le cahier de recettes de son père. Dans sa quête, il découvre d'autres secrets et comprend pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot...Ce roman dessine le magnifique portrait d'un homme pour qui la cuisine est plus qu'un métier : le plaisir quotidien du partage et l'art de traverser les épreuves. Une tendre déclaration d'amour filial où, à chaque page, l'écriture sensuelle de l'auteur nous met l'eau à la bouche.

  • Ce livre a une volonté de transmettre à la jeune génération non seulement l'histoire du restaurant La Marine, mais aussi l'envie, la passion et les techniques de ce jeune chef doublement étoilé et de son équipe. « Marine & végétale » a été récompensé par le Prix du livre gourmand FIGARO 2016.
    La Marine c'est avant tout une aventure, humaine et professionnelle, mais aussi l'expression d'un travail atypique. Pourtant tout n'a pas été simple au début, il a fallu s'adapter et ne pas baisser les bras. Après huit ans de galère La Marine obtient une première étoile en 2007. La consécration pour Alexandre Couillon et sa femme Céline. Puis une seconde arrive en 2013.
    Les auteurs, Jacky Durand et Laurent Dupont, avec la complicité d'Alexandre et Céline Couillon, nous font partager dans ce superbe ouvrage, leur amour pour la cuisine, l'île de Noirmoutier et surtout pour le restaurant La Marine. Préface de Toru OKUDA restaurant Okuda/Paris restaurant Ginza-Kojyu/Tokyo. ALEXANDRE COUILLON, élu «CUISINIER DE L'ANNÉE 2017» PAR GAULT & MILLAU. ALEXANDRE COUILLON a également reçu le Prix Les Gastronomades du chef de l'année 2017.

  • Le cahier de recettes

    Jacky Durand

    • Stock
    • 3 Avril 2019

    Monsieur Henri, le charismatique patron du restaurant le Relais fleuri, s'est toujours opposé sans explication à ce que son fils Julien devienne cuisinier. Quand il sombre dans le coma, Julien n'a plus qu'une obsession : retrouver le cahier où, depuis son enfance, il a vu son père consigner ses recettes et ses tours de main. Il découvre alors d'autres secrets et comprend pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot. Avec ce roman, Jacky Durand nous offre le magnifique portrait d'un homme pour qui la cuisine est plus qu'un métier : le plaisir quotidien du partage et l'art de traverser les épreuves. Une tendre déclaration d'amour filial, une histoire de transmission et de secrets, où, à chaque page, l'écriture sensuelle de l'auteur nous met l'eau à la bouche.

  • For fans of Antoine Laurain, "When All is Said" and "Julie and Julia" comes this emotional and heartwarming story of love between a father and son, told through their shared passion for food.

  • Marguerite

    Jacky Durand

    « Marguerite ne sourit pas, Marguerite ne pleure pas non plus. Elle fixe juste l'objectif du photographe. Un regard qui vous transperce comme un surin d'Apache. Deux yeux noirs et ronds comme des boutons de bottines avec des pupilles qui brillent qu'on les dirait lustrées avec des crachats de haine. Pensez donc, elle a couché avec les Allemands, Marguerite. C'est écrit en gros sur son front et ses joues : trois croix gammées peintes avec le trait épais et gras du goudron encore tout frais. L'une des branches de la croix gammée peinte sur son front déborde sur le sommet de son crâne mis à nu et désormais ourlé d'un minuscule duvet. C'est qu'on l'a tondue Marguerite. Comme une brebis lourde, un bat' d'af, un balafré, un bagnard, un pouilleux. » Marguerite n'est mariée que depuis un mois avec son amour de jeunesse, Pierre, quand ce dernier est mobilisé en septembre 1939. Commence alors pour la jeune femme une vie d'attente et de solitude tournée vers les souvenirs des moments heureux partagés avec Pierre et remplie des petits gestes du quotidien dans une France en guerre et bientôt occupée.
    Mais, peu à peu, Marguerite découvre aussi l'indépendance qu'elle n'a jamais eue, au contact de sa nouvelle amie Raymonde, femme libre et hostile aux conventions sociales, de ses collègues femmes à l'usine, d'André le jeune Gitan et de Franz, un soldat allemand pas comme les autres...

  • Jacky Durand, chroniqueur culinaire à Libération, nous propose un tour de France entre gourmandise et littérature Jacky Durand aime les petites histoires, celles qui se passent sur le quai d'une gare ou dans le café du coin, dans les petits commerces parisiens et les cuisines de campagne. Dans ses historiettes, il conjugue la gourmandise et l'amour des bons produits avec la dimension humaine. Ainsi, un chagrin d'amour se termine invariablement par un repas en solitaire, et des familles se rabibochent autour du pot-au-feu dominical. Dans cette France aux identités multiples, on passe du couscous d'Abdel au traditionnel saucisson brioché, on découvre le chic d'Hugo Desnoyers mais aussi la richesse de la cuisine des restes. Un tour de France et des Français sous le signe de la convivialité.

  • « Faut bien l'avouer, cette ivresse-là nous a conquis : légère, euphorique, insouciante. Et sans le moindre soupçon de gueule de bois. «C'est que des plantes !» nous avait-on répété avec un délicieux accent neuchâtelois. La faute à qui ? La faute à la «bleue», puisque c'est ainsi que l'on appelait la verte absinthe pour tromper l'ennemi gabelou, au temps de sa prohibition sur cet arc jurassien franco-suisse où elle embaumait les cuisines des fermes et les arrière-salles de bistrots. » La « fée verte » connut un vif succès au XIXe siècle, mais fut rapidement accusée de provoquer de graves intoxications, décrites notamment par Émile Zola dans L'Assommoir et ayant probablement alimenté la folie de certains artistes de l'époque (Van Gogh, Toulouse-Lautrec...). Dès 1978, les ligues antialcooliques, les syndicats, l'Église catholique, les médecins hygiénistes, la presse, se mobilisent contre « l'absinthe qui rend ou », leur mot d'ordre : « Tous pour le vin, contre l'absinthe ». Populaire mais interdite en 1908 car jugée dangereuse, la «fée verte» est à nouveau autorisée en France depuis 2011.

  • Cuisiner un sentiment Nouv.

    Cuisiner un sentiment

    Jacky Durand

    • Epure
    • 16 Avril 2021

    « Cuisiner, un sentiment » est un livre de recettes pas comme les autres, presque un roman, qui cultive la madeleine proustienne. Entre souvenirs, rites, saisons, envies et lieux, tout part des sentiments. Jacky Durand expose ici avec talent le cheminement qui le pousse à cuisiner.

    Le zinc, la table et le fourneau sont des scènes irremplaçables pour dérouler nos vies, créer des instants minuscules comme des jalons mémorables. On peut tout dire, tout entendre en cassant la graine ou en confectionnant une sauce béchamel. On se confie rarement dès l'oeuf-mayonnaise, plus souvent en attaquant l'onglet à l'échalote ou en s'attardant sur la crème brûlée. Partager un plat est une invitation à l'hospitalité des corps et des âmes. Et cuisiner, le plus court chemin pour écouter, sentir, voir, toucher et goûter l'autre. En racontant des histoires de cuisine, Jacky Durand donne faim de bonnes choses et envie de passer un moment autour d'une assiette, de se lancer pour de vrai et d'y mettre du coeur pour que la cuisine soit affaire de sentiments.

  • Jacky Durand est l'Amélie Poulain de la cuisine : il croit en la bonté et ses chroniques diffusent une chaleur humaine à réveiller les morts. Si vous êtes un lecteur de Libération du vendredi, vous le savez : Tu mitonnes ! Est une chronique à la fois littéraire et gourmande. Cela commence par une nouvelle, une petite fiction inspirée par une scène au café du coin, une histoire de voisins ou un souvenir de reportages dans la Bresse. La conclusion est invariablement une recette, parce que tout finit toujours autour d'une table : une joie, un malheur, une rencontre, une dispute. La cuisine est un baume, une fête, une solution. Dans le petite monde imaginaire de Jacky Durand, il y a des personnages récurrents : Idir, le bistrotier du coin, toujours prêt à vous servir une épaule d'agneau ; Huguette, la petite dame aux cheveux lavande, bon pied bon oeil malgré ses 100 ans ; tante Germaine qui a éveillé les papilles du narrateur ; le vieux pote du temps des préaux et des lance-pierres surnommé le Grand. Cette bande connaît bien la crise, le aléas de la vie, les fins de mois difficiles mais les amitiés durent et le coup de fourchette aussi. Si vous ne faites pas déjà partie des mordus de ce chroniqueur, vous allez découvrir ces pépites où Jacky Durand décline son univers à coups de tarte au citron, de cassoulet et de sardines au four.

  • Jacky Durand est l'Amélie Poulain de la cuisine : il croit en la bonté et ses chroniques diffusent une chaleur humaine à réveiller les morts. Si vous êtes un lecteur de Libération du vendredi, vous le savez : Tu mitonnes ! Est une chronique à la fois littéraire et gourmande. Cela commence par une nouvelle, une petite fiction inspirée par une scène au café du coin, une histoire de voisins ou un souvenir de reportages dans la Bresse. La conclusion est invariablement une recette, parce que tout finit toujours autour d'une table : une joie, un malheur, une rencontre, une dispute. Dans ce second volet après Tu mitonnes ! ... l'hiver, on retrouve des têtes connues, comme Idir le bistrotier, ou "le Grand" et ses immanquables boîtes de sardines qu'il a toujours à portée de main - mais on découvre également de nouveaux visages et, surtout, de nouvelles recettes. Des légumes à la plancha gorgés de soleil, des concombres se déclinant en salade russe ou thaï, sans oublier les fruits rouges sous toutes les coutures et la fameuse madeleine... Tu mitonnes ! ... l'été est le compagnon idéal de la route des vacances, avec ses recettes simples et goûteuses ; il vous mènera même dans des endroits inattendus, comme l'arrière-boutique de la boucherie d'Hugo Desnoyer ou les fourneaux de Pierre Gagnaire. Un régal.

  • Au détour d'une route, au pied d'une colline, au large des côtes, par-tout en France on cultive, on pêche ou on élabore des produits exceptionnels qui sont au coeur de notre cuisine, de notre gastronomie et de notre culture.
    C'est à la découverte de ces produits, ancrés dans leur terroir, qui sont source de fierté pour leurs producteurs et de plaisirs à partager pour tous, que nous vous invitons sur ces chemins gourmands. Trois étapes ponctueront votre lecture : L'histoire du hareng : le hareng, le hareng de nos mers comme on l'appelle dans le Boulonnais, est profondément enraciné dans l'histoire, la culture et l'économie de la région.
    Quelle est cette pêche et quelle est l'histoire de ces marins ? Quelles sont les règles de l'art qui président au fumage des fameux harengs saurs ? Comment se transmettent ces savoir-faire ancestraux ? Des recettes : des incontournables Filets de hareng pommes à l'huile aux Croquettes de Chester aux harengs doux en passant par la Vapeur de hareng frais ou le Soufflet de harengs doux, Tony Lestienne vous propose quinze recettes traditionnelles ou originales mais toujours délicieuses.
    Faciles à réaliser, elles sont toutes accompagnées de conseils pour choisir les vins les mieux appropriés. Des adresses : nous avons sélectionné pour vous des restaurants, des auberges et des commerces de qualité. Vous pourrez y faire vos courses, prendre un repas ou vous y reposer en toute confiance.

empty